Espace Presse et Programmateurs

Nos spectacles

Les précieuses ridicules, molière

Résumé de la pièce

Cathos et Magdelon, deux jeunes filles prétentieuses, rejettent leurs origines qu’elles ne trouvent pas assez prestigieuses. Elles se vantent d’être à la pointe de la littérature, de suivre la dernière mode, de côtoyer le gratin parisien et de se faire une place dans les milieux les plus en vue. 

Leur père et oncle ne parvenant plus à les supporter, souhaite s’en débarrasser en les mariant à deux jeunes hommes de bonne famille. Mais les deux précieuses les trouvant trop ringards refusent de les prendre comme époux. Les deux jeunes hommes décident alors de se venger en envoyant leurs valets se faire passer pour l’élite parisienne.

Un Molière revisité avec modernité, vitalité et musique !

Affiche du spectacle Les précieuses ridicules de Molière

Mise en scène : Malu Monroe
Musique : Adrien Wadih
Durée : 1h05
Genre : Comédie en un acte / Tout public

""

Distribution

  • Introduction : Malu MONROE
  • La Grange : Adrien WADIH
  • Du Croisy & Gloria : Charles VASNER
  • Gorgibus : Bruno NOURY
  • Magdelon : Lara PICHET
  • Cathos : Manon NOBILI
  • Mascarille : Jean-Baptistes SINTES
  • Jodelet : Alexis VANDANDAELEN
""

en image

""

Les critiques presse des précieuses ridicules

"Une création qui fait admirablement
le miroir de notre époque"

« […] Malu Monroe nous offre ici une mise en scène des plus vivaces et modernes. Public apostrophé par les comédiennes et comédiens, utilisation de la vidéo en direct avec des smartphones, références musicales contemporaines. Les acteurs nous livrent une performance collective qui, par la seule force du jeu, par la seule ardeur qui les habite, nous maintient à la fois dans des considérations contemporaines et dans une énergie propre à l’humour moliéresque. »

"UN MOLIÈRE AUSSI JUBILATOIRE QU'ACTUEL"

 » La troupe dynamite la pièce et chamboulent la mode, les nouvelles technologies, la célébrité, les expressions “en vogue”. Elle moque la frivolité de notre époque et tournent en ridicule notre désir de paraître. La mise en scène de Malu Monroe est jubilatoire. S’inspirant autant de Gotlieb dans sa capacité iconoclaste à traverser les époques que de Jérôme Savary dans sa dynamique à mêler humour, musique et sens de la fête, la jeune metteur en scène fait du neuf avec du classique. « 

"Les Précieuses Ridicules
(plutôt déjanté)"

« […] Si Manu Monroe a pris quelques libertés, le texte est respecté et l’on a plaisir a retrouver ce beau langage, ces tournures élégantes qui font la richesse de notre patrimoine littéraire. Le rythme quant à lui est celui de notre époque, plutôt déjanté ! Les acteurs s’en donnent à cœur joie pour notre plus grand plaisir et nous entraînent dans une ronde infernale pleine de vitalité. »

"Les pétasses magnifiques"

« La troupe propose des Précieuses Ridicules à l’époque de Tinder, de la carte bleue et du smartphone. La pièce de Molière ne perd rien de sa férocité et la jeune troupe ose dépoussiérer une comédie inscrite dans son époque. Manon Nobili et Lara Pichet jouent à merveille les pétasses exubérantes et magnifiques »

""

introduction musicale par la metteuse en scène

Le public est accompagné, lors de son entrée en salle, par une version revisitée de « Ma Benz » du groupe NTM, par la metteuse en scène Malu Monroe !

""

Note d'intention de la metteuse en scène

En 1659, Molière riait du courant Précieux dans lequel les protagonistes s’efforçaient d’user d’un langage au-dessus de la norme, de fréquenter la crème de la crème intellectuelle et artistique parisienne et de converser, chanter, déclamer et lire, en comité réduit, sur des sujets délicats, brillants et haut d’esprit. Tout ce cirque consistait notamment à s’élever au-dessus des autres, et à entretenir une bulle d’excellence et de bon goût.
 
En 2020, l’ère du paraître et de la connaissance bat son plein, mais avec en plus le besoin de le faire savoir. En effet, rien n’a jamais été aussi facile et, avouons-le, irrésistible de communiquer et ainsi vendre du rêve à ceux qui nous entourent. Tous les moyens sont bons pour embellir la réalité concernant sa culture générale, ses relations, son style vestimentaire, ses habitudes alimentaires, ses sorties, etc.
Nous sommes à l’heure des réseaux sociaux: « Regardez-moi : je vis et en plus ma vie est exceptionnelle », des caméras auto-dirigées sur soi, des expressions « in », des filtres, des lieux à fréquenter en vogue, des dernières pièces de créateurs à porter et des dernières expositions à checker avant tout le monde.
 
Molière se moque ainsi d’une fausse culture, superficielle et risible, mais il met aussi en lumière une revendication féministe d’indépendance et de liberté que j’ai voulu mettre en relief tout au long de la pièce. Bien que les deux précieuses soient ridicules car avides de rencontrer le beau monde et de briller dans la société, elle décident de s’émanciper et de se rebeller contre l’ordre injuste de Gorgibus qui les pousse à se marier avec des jeunes hommes qui ne leur conviennent pas. Nos Précieuses décident donc d’user de leur corps, de leur temps et de leur esprit comme bon leur semble, avec conviction et maladresse, ce qui les rend d’autant plus drôles et touchantes.
 
Concernant le texte, j’ai respecté l’originalde Molière car brûlant d’actualité. J’ai cependant dirigé les comédiens sur une prise de parole plus contemporaine et laissant libre cours à l’ajout de certaines expressions plus actuelles, écrites et improvisées. Le but étant de laisser l’acteur répondre de manière impulsive selon la situation et avec ses mots à lui en plus du texte classique.
Le tout mené tambour battant avec de la musique live, du chant, de la danse, des smartphones prêts à être dégainés, des sacs de shoppings débordants, un jeu généreux et vif et des interactions avec le public.
""

Nous sommes ici pour changer le monde,
Jean-Baptiste Sintès

Résumé de la pièce

Après la courte victoire à l’élection présidentielle du candidat de « droite intense », Marius Pellen, la France est secouée par des mouvements sociaux inédits. Une bande de jeunes révolutionnaires parisiens, atterrée par la situation politique, profite du chaos pour prendre les armes et parvient, à la surprise générale, à faire tomber le pouvoir central à Paris. Leur objectif est proche du communisme : restaurer des relations humaines désintéressées perdues dans une société devenue trop individualiste en fondant un nouveau régime basé sur l’amour, la poésie et le don de soi pour la communauté.

nous sommes ici pour changer le monde

Auteur : J-B. Sintès
Mise en scène :
J-B. Sintès
Durée : 1h15
Genre : Drame – Interdit -12 ans

""

Distribution

  • Moret : Pierre DE LA CELLE
  • Foul : Stéphane DEMANGE
  • Six : Margaux DUPRE
  • Pearl : Elsa FERREUX
  • Flash : Nina JOSSE
  • Vermis : Gauthier LE BRET
""

En images

""

Note d'intention du metteur en scène

Selon l’enquête « Génération What », 61% des Français de moins de 35 ans se disent aujourd’hui prêts à participer à un mouvement de révolte de grande ampleur1. Mais ce n’est pas pour autant que nous agissons, même si la jeunesse semble rejeter d’un bloc cette société ultra-individualiste et qui se referme de plus en plus sur elle-même. Ce spectacle est une manière pour moi de faire vivre des personnes qui parviennent à renverser le système actuel et qui essaient d’instaurer une nouvelle façon de voir la vie, notamment via le pouvoir de la poésie. Mais il a également pour but de sensibiliser le spectateur sur les dérives d’une telle démarche : la résistance à laquelle elle fait face et la violence qui est engendrée. Créer un nouveau mode d’organisation et vouloir l’imposer aux autres se paie au prix fort, même s’il contient les plus beaux idéaux : l’amour et la solidarité. La solution est sûrement plus simple et requiert plutôt une révolution intérieure : se faire violence pour apprendre à s’ouvrir aux autres, abattre les frontières qui nous divisent, s’aimer, être solidaires, arrêter d’avoir peur, découvrir l’autre et inonder le monde de poésie. Tout ça on peut le faire, chacun, sans l’imposer aux autres et peut- être que finalement, en montrant le bonheur que cela apporte de s’aimer tous sans intérêt, nous parviendrons progressivement à changer le monde.

""