Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées – SEEPH 2019

Dans le cadre de la SEEPH nous avons eu le plaisir d’intervenir . Voici quelques exemples de ces interventions :

Changeons de vision sur les situations de handicap au travail ! Le Conseil Départemental du Loir et Cher a souhaité participer à l’évolution des regards sur les situations rencontrées au travail.
Des sessions de Théâtre Forum ont été animées pendant 3 jours à Blois, Romorantin et Vendôme.
Des saynètes écrites sur-mesure, sur la base d’entretiens exploratoires, ont été jouées par 2 comédiens professionnels devant les agents de collèges, MDCS et centres d’exploitation du département.
Ensuite des échanges ont eu lieu avec le public sur la situation jouée puis des volontaires sont venus jouer avec l’un des comédiens leur propre solution à la situation

Casser les préjugés sur les handicaps invisibles et ouvrir le dialogue ! GrandLyon habitat a proposé, toute la semaine, des saynètes de théâtre à ses collaborateurs pour casser les préjugés sur les handicaps invisibles et ouvrir le dialogue.
Nos comédiennes ont joué sur 3 journées, une saynète écrite sur-mesure dans chaque site de Lyon/Vénissieux et Vaulx-en-Velin, et pour le siège à chacun des 7 étages, suivie d’un petit débat avec les participants.

Remise des trophées de l’ESS 2019

Lors de la soirée de remise des trophées de l’ESS par Mag2Lyon, un certain Guillaume de chez Solirable, contraction de « solidaire » et « durable » est venu réclamer son trophée tout au long de la cérémonie. En réalité, il s’agissait de notre comédien Jean-Baptiste. Au final un diplôme de la meilleure animation lui a été remise par Lionel Favrot, directeur de la rédaction de Mag2Lyon

Un nouvel article du co-fondateur de ThéâtriCité ! Jean-Baptiste Sintès

8h30 du matin, vous êtes dans le métro, et comme d’habitude vous apercevez ces mêmes têtes courbées, recroquevillées sur leur smartphone, se prêtant à diverses activités : jeux, lectures, textos, vidéos… Chacun dans sa bulle. C’est comme s’ils avaient trouvé un refuge au regard des autres. En effet, avec la transition numérique, nos communications passent aujourd’hui beaucoup plus par nos outils mobiles que par les interactions physiques. C’est certes très pratique mais incomplet. 

Physiquement, il se véhicule des émotions et des sensations qui sont difficilement communicables par messages interposés. Pour bien se comprendre, il n’y a pas que le contenu du message qui compte : odeur, espace physique, chaleur, couleurs, ce qu’on appelle de la « tension dans l’air » ou au contraire une « ambiance décontractée » sont rarement transcrits dans les échanges à distance. La tendance au télétravail ne fait qu’accentuer ce phénomène. Et génère des points de vue qui proviennent d’une multitude de « lieux » différents donc « décontextualisés » de leur environnement de travail. Sans parler de ce collègue du 2ème étage (vous êtes au 5ème), avec qui vous travaillez souvent mais que vous croisez de temps en temps à la pause déjeuner ou 2 fois par an pour le séminaire annuel et le Noël de l’entreprise. Comment alors entrer en empathie les uns avec les autres ? 

Rivés sur nos écrans, nous envoyons des smileys à nos interlocuteurs en conservant un visage de marbre. Aurions-nous troqué nos émotions véritables contre des pixels pour mieux faire passer la pilule ? Exemple : « Je n’ai pas eu le temps de faire cette mission, peux-tu prendre le relai ? 🙂 ». Le smiley est perçu comme un remède magique. Cependant, il n’efface pas les frustrations et les tensions qui s’accumulent. On ne se comprend pas parce qu’on a cru communiquer « gentiment ». Cela ne suffit pas.

Une des solutions est de faire groupe en se retrouvant lors d’événements privilégiés où les individus se connectent physiquement. Les ateliers théâtre en entreprise font partie de ces lieux de partage, de rencontres et d’expression des émotions, et tout cela : sans risque. Ils font exister un prétexte : une histoire, une situation, un rôle, à travers lesquels les salariés peuvent exprimer/ressentir les vérités. On met un masque de théâtre pour faire tomber le masque social que l’on a l’habitude de porter. Et on se découvre. Lors des ateliers théâtre, on se rapproche, on comprend qu’au fond nous sommes pareils, que l’on peut partager le même humour, et même créer ensemble. Le regard change car nous avons levé la tête. Un sourire sincère aura toujours plus d’effet que deux points et une parenthèse qui se referme.

📢 🎭ThéâtriCité est dans la presse 📰

« Au Théâtre-Français, les sociétaires sont comédiens ; à Dynacité, les comédiens sont locataires. Sous le balcon de son immeuble, Juliette a trouvé son Roméo. Une romance qui a secoué tout le quartier. On connaît la suite… À la fin, on applaudit la performance »

InterAction pour son numéro 100 a consacré un reportage à une de nos belles aventures humaines. Revivez ces moments forts en émotion à travers la belle plume d’Alain Gilbert

http://www.interaction01.info/interaction-n100-juillet-2019/

📢 ThéâtriCité lauréat ! 🎬

https://www.culture-et-management.com/le_prix_start_up_en_scene/palmares.html

Pour sa 4e édition, le Prix, soutenu par le Ministère de la Culture, a été décerné au cours du Forum Entreprendre dans la Culture qui a eu lieu du 22 au 24 mai 2019.

Le Prix Innovation C&M (ex-Start Up en Scène) permet aux jeunes entreprises innovantes du secteur culturel d’être présentées à un Comité de Sélection composé de décideurs publics et privés du secteur culturel, offrant ainsi un rayonnement important à ces projets.

Le théâtre : un outil d’expérience humaine forte, d’engagement et de solidarité

LaThéâtriCité, c’est l’énergie sociale du théâtre que nous allons éveiller chez les acteurs et les spectateurs. 

Le théâtre a dans son ADN le partage : il est construit par des acteurs pour des spectateurs, les deux étant indispensables pour vivre une expérience forte. Une troupe d’apprentis-acteurs qui travaille régulièrement ensemble en vue d’un spectacle se soude au fur et à mesure des répétitions, ce qui crée un lien émotionnel fort et un engagement certain au sein du groupe. 

Pendant les répétitions, les apprentis-acteurs apprennent à avoir confiance en eux, à être droits, fiers de leur parole, ne plus avoir peur du regard des autres, mais aussi à être à l’écoute, de savoir improviser quand il y a un « bug » ou un trou de texte. Le théâtre développe ainsi la solidarité. 

L’intensité la plus forte se situe au niveau de la représentation qui est le moment-clé où les apprentis-acteurs sont fiers de présenter leur spectacle auprès d’un public. La représentation est un objectif fédérateur qui engagent les apprentis acteurs à tout donner pour offrir un moment de bonheur à ceux qui y assisteront.


Le théâtre : un outil d’exploration et de régulation des émotions

Un des grands atouts du théâtre est qu’il permet de se plonger dans une fiction qui fait vivre à ses participants le réel par procuration. 

Les mises en situation de faits réels (l’expérience d’un usager avec un conducteur dans un bus par exemple) permettent de se rendre compte des problèmes en les (re)vivant, en en parlant ensemble grâce à un support vivant et concret. 

La confrontation avec le réel par l’intermédiaire du théâtre fait comprendre aux spectateurs qu’ils ne sont pas les seuls à vivre certains problèmes. Ils se reconnaissent dans les situations théâtralisées mais avec un recul qu’ils n’ont jamais dans «la vraie vie», quand ils sont dans le feu de l’action. 

En vivant des situations théâtralisées, les salariés peuvent constater que les réactions, sentiments, sensations, pulsions qu’ils peuvent ressentir, sont normales et sont ressenties par leurs collègues. 

Enfin, par l’improvisation, le théâtre permet d’inventer des solutions « en direct »par rapport à une  situation donnée et ensuite pouvoir tester et débattre de l’efficacité de ce que propose chacun.